dimanche, juillet 3, 2022

« Khalifa Sall » s’invite au procès de Thione Seck : les avocats du chanteurs demandent l’annulation de la procédure

Thione Seck le leader de Ram Dann et Alaye Djité, arrêtés dans l’affaire de blanchiment d’agent et de détention de faux signes monétaires, en mai 2015, ont comparu ce jeudi 9 mai 2019 à la barre du tribunal Correctionnel de Dakar.

- Publicité -

Dans cette affaire de blanchiment d’argent qui a valu au père de Waly Seck et son présumé complice, des poursuites pour association de malfaiteurs, altération de signes monétaires ayant cours légal à l’étranger, s’est invité l’ex-maire de Dakar en prison depuis plus de deux ans à Rebeuss dans l’affaire dite de la Caisse d’avance. En effet, selon les avocats du chanteur, l’annulation de procédure obtenue par Khalifa Sall devant la Cour d’Appel de Dakar, pour violation de l’article 5 des textes de l’Uemoa, qui stipule que dès son interpellation, le mis en cause doit être assisté par un avocat, doit valoir pour leur client.

Selon Me Bamba Cissé, cette même disposition doit être appliquée pour le cas de Thione Seck, parce qu’il n’a pas été assisté par un avocat. « Monsieur le président, nous demandons l’annulation de la procédure pénale parce qu’il y a violation de l’article 5 de l’Uemoa. Lorsque Thione Seck a été arrêté, il n’avait pas la possibilité d’être assisté par son avocat. Donc cette obligation incombe à toutes les enquêteurs et à tous les procureurs . C’est le même procédé qui a été appliqué dans l’affaire Khalifa Sall par la Cour Suprême qui a déclaré nulle la procédure d’enquête préliminaire. Donc je vous demande d’annuler le procès verbal et toutes procédures préliminaires concernant l’affaire Thione Seck. « Les enquêteurs ont refusé la présence des avocats », confie Me Bamba Cissé qui ajoute: « Et l’annulation devra avoir comme conséquence, la levée du mandat de dépôt en ce qui concerne mon client ».

L’autre avocat du leader de Raam Daan, Me Ousmane Seye a tout simplement demandé au président du tribunal de se dessaisir du dossier. « Le renvoi du dossier n’a pas de fondement légal, étant donné que le procès verbal, suite à laquelle le maître des poursuites s’est basé, est nul. Donc nous vous demandons de vous dessaisir, monsieur le président. Dans l’affaire Khalifa Sall c’est le procureur générale de la Cour d’Appel lui même qui a annulé la procédure verbale parce qu’il a constaté que l’article 5 de l’Uemoa a été violé. Le réquisitoire du procureur se base sur le procès verbal et si cela est annulé le tribunal n’a aucune base légale pour se prononcer dans l’affaire.

Dans son intervention, Me Ousmane Seye n’a pas manqué de tacler la Bceao qui s’est constituée partie civile dans cette affaire. « Votre présence au niveau du prétoire, votre rôle est de certifier si les billets sont faux ou pas mais pas de vous constituer en partie civile », dit-il.

Articles Similaires

- Publicité -

Nos derniers articles

Comment passer de l’opposition au terrorisme.

Nathalie Yamb décortique les deux projets de loi votés par l'assemblée nationale et montre comment on peut au Sénégal passer d'opposant à...

2 Poids 2 Mesures : 3ème Mandat et Avion Présidentiel

La Démocratie sénégalaise est réellement malade de ses acteurs et non de ses textes. Si on convoque l’histoire récente, nous avons une...

Attristée par l’accident mortel de l’équipe de Leral, Anpels présente ses condoléances

L’association nationale des professionnels de la presse en ligne du Sénégal (Anpels) a appris avec beaucoup de tristesse que le troisième jour...

Fonds d’appui à la presse : La conspiration de la tutelle éventrée !

Tous les pouvoirs qui se sont succédé dans notre pays ont tous en un moment donné des grands enjeux politiques du moment,...

PASTEF: Lancement de la session de formation en bureautique pour les étudiants ressortissants de Gossas

PASTEF: Lancement de la session de formation en bureautique pour les étudiants ressortissants de Gossas. https://www.youtube.com/watch?v=mY_2tTTk1-o&t=42s